Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Une dixième Montée du Poupet pour Romain Callier !

  • Romain au retour d'un entraînement.
  • Romain au retour d'un entraînement.
Romain court depuis l'âge de 12 ans. Après une hésitation entre rugby et course à pied, qu'il pratiquait étant ado, il s'est rapidement orienté uniquement vers la course à pied, sport qui correspondait mieux à sa carrure.

Romain, pour vous la course à pied est une passion ?

Oui, membre de l’Entente Jura Centre Athlétisme de Salins, je ne suis ni amateur ni professionnel, mais je cours tous les jours. Ce doit être dans les gênes puisque mon père Philippe courait lui aussi et fera cette année la Montée du Poupet. Jusqu’à il y a 4 ans je m’entraînais régulièrement mais pas vraiment sérieusement. Et puis grâce à des échanges entre clubs j’ai rencontré un homme extraordinaire, Thierry Faveau, ancien vainqueur de la montée du Poupet (1999) qui a proposé de m’entraîner. Après avoir réalisé à sa demande un 3 000 m sur piste qui l’a satisfait,  il a commencé à établir mes plans d’entraînement.

 

Thierry Faveau n’est pas sur place, comment travaillez-vous ensemble ?

En fait il m’envoie tous les dimanches soirs mes plans d’entraînement pour la semaine à venir. Je l’appelle ensuite et nous échangeons sur le déroulement de la semaine écoulée. Il me propose des séances différentes suivant les objectifs : soit je fais tranquillement de l’endurance soit des séances de vitesse sur piste.
Quelquefois, c’est assez dur. Pour la montée du Poupet, je fais des entraînements spécifiques en côte pour travailler la résistance, mais en aucun cas je fais le parcours avant, ça ne sert strictement à rien.
Mes entraînements je les fais tout seul sur la piste de Poligny qui est la meilleure du secteur pour des séances techniques. J’ai un jour de repos par semaine, il faut bien laisser souffler la machine. Thierry est l’entraîneur idéal, c’est quelqu’un de très humain. Il me fait progresser doucement et chaque année mes temps s’améliorent.

 

Vous ne courez pas que dans le Jura ?

Non, je vais souvent courir en Bourgogne, sur des courses labels où le temps réalisé peut être qualificatif pour les championnats. Et puis cela me permet de me confronter à des coureurs d’un autre niveau. Je fais quand même quelques courses dans le Jura et notamment la montée du Poupet.

 

Un pronostic pour le Poupet ?

J’ai une petite idée, mais je ne dis rien pour l’instant. Il y a un très bon niveau avec tous les ans un plateau de six coureurs africains professionnels qui s’octroie les six premières places. J’ai terminé 8ème l’an dernier à 5 minutes du vainqueur sur 1 100 participants. J’espère faire mieux cette année. Bien sûr je serais heureux de gagner cette course mais mon rêve c’est de gagner avec un temps inférieur à une heure...

 

Un objectif à plus long terme ?

Mon objectif est d’essayer de battre mon record sur 10 km et sur semi marathon (21 km).  Et puis je n’ai que 27 ans, j’espère bien avoir encore dix ans de marge de progression. Mon entraîneur a atteint son summum à 36 ans, donc je suis dans les temps.

 

33ème édition de la Montée du Poupet samedi 3 et dimanche 4 juin.
Des nouveautés cette année : la Montée du Fort, Le Petit Poupet et le Challenge Week-end Poupet (Montée du Fort + Montée du Poupet).


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Quand les services de l'Etat livrent leur bilan

Quelques sujets chauds dans les valises du Préfet Santé, sécurité, économie et tourisme, au menu du rapport d'activité des services de l'Etat. Tour d'horizon des différentes thématiques abordées, point par point.
Publié le 24/07/2017


Peugeot 3008 : chef de meute

Publié le 18/07/2017

Bloc-notes

FEU D'ARTIFICE

Publié le 07/07/2017

CONCERTS OYONNAX

Publié le 23/06/2017

TOURNOI FOOT PERRIGNY

Publié le 12/05/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales