Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Révolution numérique dans l'entreprise, le Jura veut combler son retard


Evolution des métiers, nouvelles tendances, enjeux de la transformation digitale, dépassement des barrières de la peur du changement et de l'inconnu, accompagnement des acteurs économiques vers le bien-être et la performance... Florilège, en avant-première, de quelques éléments de réflexion que la Chambre de Commerce et d’Industrie du Jura a accepté de nous livrer, avant sa grande conférence départementale programmée ce lundi 18 décembre au Casino de Lons, sur la thématique entrepreneuriale et numérique.

Une enquête réalisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Jura cet été, auprès de 115 sociétés du département, livre bon nombre d'enseignements sur l'état des lieux de l'entrepreneuriat local.
"90 questions ont été posées, sur un échantillon d'entreprises oeuvrant pour 50 % dans l'indutrie, 20 % dans les services et 30 % dans le commerce ou le tourisme. Une représentativité fidèle à l'activité économique du département, qui compte encore un poids industriel considérable" indique Marie-Eve Henriot, responsable numérique à la CCI du Jura.
Si en terme de numérique les entreprises du département restent encore un peu à la traîne, l'essor de la transformation digitale semble être (enfin) sur la bonne voie.
"C'est principalement par faute de temps et non pour des raisons budgétaires que les dirigeants de société n'ont pas pris le train en marche. Ils sont soucieux de ne pas dépenser leur trésorerie n'importe comment, sans être bien informés de ce qu'ils achètent et en quoi cela peut améliorer leur quotidien. Or, comme ils n'ont bien souvent pas le temps de se renseigner en profondeur, c'est à nous d'agir pour cela : informer de manière pertinente, organiser des ateliers thématiques, mettre en relation les prestataires et les revendeurs de solutions... C'est pourquoi nous avons décidé d'instaurer un plan d'action digital 2018-2020, en ce sens" explique la spécialiste.


"Comment la transformation digitale impose une profonde mutation du fonctionnement des entreprises et des hommes qui l’animent ?"

D'où cette soirée proposée lundi par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Jura et l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie du Jura intitulée : "Comment la transformation digitale impose une profonde mutation du fonctionnement des entreprises et des hommes qui l’animent ?"
Pour répondre aux nombreuses interrogations que cela suscite, la présence de Julien Masson, fondateur de la start-up Whyers qui accompagne de grandes entreprises afin de les aider à accélérer la création des prototypes de leurs nouveaux produits ou services, est un atout de poids.
"Les entreprises sont demandeuses d'échange d'expériences et de mise en relation. Ce que nous tâchons de réaliser via un club numérique entreprise, ou l'organisation de diverses soirées "succès story" consitant à s'inspirer de ce que chacun est parvenu a améliorer dans son fonctionnement" résume la responsable numérique.

De nouveaux métiers, mais trop peu de temps pour y former...

Laquelle poursuit :
"On enregistre aussi une demande importante par rapport à la formation. En cela, il y a de gros besoins, mais de moins en moins de temps ! Les dirigeants d'entreprises ont du mal à laisser partir leurs collaborateurs, d'où le développement de la formation en ligne. A ce sujet, nous travaillons actuellement à la disposition de modules à proposer en lien avec des plateformes de veille, des fab-labs, la webschool".
Par exemple : comment mieux référencer son site internet ? Ou encore, comment travailler plus efficacement avec un site marchand ?
L'activité numérique génère de nouveaux métiers (webmaster ou community manager). Mais cela ne s'arrête pas au domaine de la communication, car l'évolution des pratiques se propage aussi à la production, à la comptabilité, à la facturation, et bien sûr, à la recherche et au développement.
Et puis, l'acquisition de nouveaux outils numériques impose d'accepter le changement, de dire adieu à ses habitudes. Ce n'est pas toujours facile, même en étant volontaire...

Des équipements disparates

Enfin, l'équipement est un point faible. Dans beaucoup de domaines, les entreprises ne sont pas égales.
Par exemple, certaines n'ont pas encore adopté de logiciel permettant d'agir en même temps sur la facturation et la comptabilité.
"Pourtant c'est un gain de temps important ! C'est cela qu'il nous faut aider à changer. Chez les commerçants aussi, où l'on incite à avoir une caisse enregistreuse connectée au stock" conclut Marie-Eve Henriot.
En définitive, les hommes, les métiers et les modes de consommation changent. Il faut donc s'y préparer, recruter, former, manager, en conséquence... afin de trouver la voie optimale vers le progrès et le mieux-être.
Mais pour cela, faut-il encore que l'ensemble du territoire puisse disposer d'un débit internet suffisant...



Ce Lundi 18 décembre 2017 à partir de 17h00 au Casino à Lons-le-Saunier


« Comment la transformation digitale impose une profonde mutation du fonctionnement des entreprises et des hommes qui l’animent ? »

Conférence proposée par Julien Masson, fondateur de la start-up Whyers qui accompagne de grandes entreprises afin de les aider à accélérer la création des prototypes de leurs nouveaux produits ou services.

Au programme :
La révolution numérique dans l’entreprise, ces métiers qui disparaissent et qui ouvrent la voix aux nouvelles tendances.

Quels sont les enjeux de la transformation digitale de l’entreprise ?
Comment acquérir l’agilité managériale nécessaire à l’heure du numérique qui permettra à chacun dans l’entreprise de développer son capital d’employabilité, dépasser les barrières de la peur du changement et de l’inconnu, accompagner tous les acteurs vers le bien-être et la performance ?
La CCI du Jura présentera également ses prestations d'accompagnement numérique 2018-2020 résultant de l'enquête qu'elle a mené auprés d'une centaine d'entreprises et des témoignages d'entreprises "Agiles" viendront conclure cette soirée.



 





Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Champignons : des razzias toujours aussi vénéneuses ?

Quand nos lactaires font des heureux… "Au départ, il n'y avait que 20 à 50 cueilleurs, aujourd'hui on en est à 400 ou 600 sur 25.000 ha".
Publié le 15/10/2018



Bloc-notes

USO

Publié le 05/10/2018

USO

Publié le 05/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales