Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Restos du Cœur : le nombre d’inscrits est en augmentation

  • Une partie de l'équipe de bénévoles de Poligny.
  • Une partie de l'équipe de bénévoles de Poligny.
  • Dominique survit grâce au resto du cœur.
Le point à Poligny. Bilan après une semaine d’ouverture : Le nombre des familles accueillies a doublé par rapport à 2016.

A Poligny 35 bénévoles œuvrent au resto du cœur pour accueillir des polinois mais aussi des personnes des villages alentours.  L’hiver dernier 13 000 repas ont été distribués à Poligny pendant les 18 semaines d’ouverture de l’hiver. A la fin de la première semaine, nous avions inscrits 31 familles, précise Odile Morin, responsable du centre de Poligny, cette année nous en sommes déjà à 60 parmi lesquelles 42 enfants.
Les 2/3 des familles sont polinoises et 40 % de l’effectif total sont des personnes seules ou isolées. Bien sûr elles viennent en priorité pour l’aide alimentaire mais pas seulement, nombreuses sont celles qui ont besoin d’une oreille attentive, de conseils d’orientation, …
Odile se plaît à raconter une histoire qui l’a beaucoup touchée : « Il m’est arrivé de voir arriver des personnes qui m’ont racontés leurs misères, toute leur vie. Le monsieur repart en me remerciant, heureux d’avoir pu parler. Je l’ai rappelé pour lui donner de la nourriture. Il m’a dit simplement « je ne savais pas » On a un peu le rôle d’assistante sociale. »

La distribution améliorée grâce à la loi contre le gaspillage alimentaire


Rien ne serait possible sans les bénévoles et les dons en argent ou en nature. Odile Morin tient à remercier tout particulièrement Intermarché qui depuis quelques mois, en application de la loi Garot (loi contre le gaspillage alimentaire) donne à l’association les invendus en fruits et légumes ainsi que des produits secs. La qualité de la distribution s’en trouve nettement améliorée.

La composition d’un panier

Nous essayons de répartir de façon harmonieuse les produits alimentaires. Chaque panier est composé de produits laitiers, de protéines, de légumes, de fruits et de desserts. La quantité distribuée est fonction du nombre de personnes composant la famille. Nous utilisons un système de points : chaque personne a droit à 9 points.

 

Les premiers chiffres de l’année 2017 :
inscriptions en fin de 1ère semaine : 60 familles à Poligny, 43 à Salins-les-Bains, 15 à Arbois.

Contact pour le Triangle d’Or :

Poligny : rue de la doye. Tél 03 84 37 22 71

Salins : 1 rue des Claristes. Tél 03.84.73.09.39

Arbois : 16 rue chevrière. Tél 03 84 66 01 65

 

 

Témoignage de Dominique, bénéficiaire des Restos du Coeur :


C’est la première année que vous venez au Resto du Cœur ?

« Non je suis déjà venue de 2010 à 2012. Après une période plus tranquille je me trouve à nouveau dans une situation délicate. Je me suis donc réinscrite cette année. »


Quelle est votre situation de famille ?

« Je suis seule avec mes deux enfants de 18 et 19 ans. Ma fille est en terminale et mon fils a arrêté les études. Je perçois une pension d’invalidité catégorie II complétée d’une aide pour arriver à une AAH correcte. Je vis en appartement. Après avoir payé mes charges il me reste 350 € par mois pour manger. J’ai un toit, j’ai chaud, c’est déjà bien. »


Et si vous n’aviez pas les restos du cœur comment feriez-vous ?

« Et bien ce serait très difficile. Les dernières semaines du mois je n’ai absolument plus rien.  A part aller faire la manche … On serait encore plus de SDF dehors. C’est vraiment la catastrophe en ce moment et c’est de pire en pire : tout augmente. Et puis ici moralement et psychologiquement on trouve beaucoup de réconfort. »


Vous avez hésité avant de vous adresser au Resto du Cœur ?

« Ça n’est jamais facile. C’est une assistante sociale en 2010 qui m’a vraiment tout expliqué et m’a encouragée à aller au resto du cœur. »


Vos enfants sont déjà venus ici ? Ils vous posent des questions ?

« Oui quand ils étaient plus jeunes. Je leur ai tout expliqué, ils connaissent ma situation. Je n’ai pas grand-chose à cacher. Mes petits neveux et nièces sont au courant aussi. Tous savent que je viens au resto du cœur pour nous aider sinon on ne finit pas les mois et puis on va avoir faim. »


Comment voyez-vous l’avenir ?

« Oh très moche ! Franchement moi je vois l’avenir très moche, c’est-à-dire qu’il y aura de moins en moins de ressources, les gens vont être de moins en moins sympas entre eux, c’est la catastrophe. Il n’y a pas assez de solidarité. C’est ceux qui ont le moins qui aident le plus et qui sont les plus présents. Il faut dire que nous on connaît la misère, les classes supérieures ne la connaissent pas, ne peuvent même pas l’imaginer... Sinon elles y rémédieraient...  »


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Révolution numérique dans l'entreprise, le Jura veut combler son retard

Cap sur le 21e siècle La Chambre de Commerce et d’Industrie du Jura et l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie du Jura organisent ce lundi au Casino à Lons-le-Saunier, une soirée dédiée à la transformation digitale et à la profonde mutation sociétale qu'elle laisse augurer. Les conclusions d'une enquête réalisée l'été dernier auprès d'une bonne centaine d'entreprises jurassiennes seront également présentées au public. Extraits.
Publié le 18/12/2017



Bloc-notes

SOIRÉE CÉLIBATAIRE

Publié le 29/09/2017

SALON DE FIL EN AIGUILLE

Publié le 06/10/2017

USO

Publié le 22/09/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales