Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Lons : disparition du TGV, mais aussi de la boutique SNCF ?

  • Un distributeur automatique de billets remplacera-t-il la boutique et ses agents ?
  • Un distributeur automatique de billets remplacera-t-il la boutique et ses agents ?
Un train peut en cacher un autre, une mauvaise nouvelle aussi… Après la possible suppression des 2 arrêts du TGV Strasbourg-Marseille, la boutique SNCF qui manque de financement pourrait fermer.

Coup de théâtre. Par un communiqué daté du 15 juin, Gabriel Amard (La France insoumise) alerte : « La boutique SNCF de la gare de Lons (qui vend les billets N.D.L.R.) est en danger de fermeture. Depuis que l’Etat et la SNCF se défaussent sur les régions, ce sont que ces dernières qui assurent le financement des boutiques ».

Or la convention de partenariat entre la SNCF et la région Bourgogne-Franche-Comté n’est selon lui toujours pas signée, et ceci depuis plusieurs mois. Selon le gendre de Jean-Luc Mélenchon, le financement de la boutique n’est donc toujours pas confirmé, entrainant de fait un risque de fermeture. Une fermeture démentie par Willy Bourgeois, conseiller régional (PS) le 16 juin :

« Une boutique ne peut être fermée sans autorisation de la région, qui a pris l’engagement de demander l’accord du conseil municipal de la commune concernée ».

« Pas question »


Cependant la SNCF semble s’affranchir de ses engagements, comme l’a prouvé la récente annonce qui a fait l’effet d’une bombe : la suppression possible des arrêts TGV en direction de Lyon ou Strasbourg à compter de 2019. A ce sujet aussi, Willy Bourgeois s’est voulu rassurant : « La région est montée au créneau pour dire qu’il n’en était pas question ».

La région et la ville de Lons-Le-Saunier, par un communiqué commun daté du 15 juin affirment d’ailleurs :

« Nous refusons la suppression unilatérale et sans contreparties de la desserte TGV Strasbourg-Marseille. Nous avons demandé à la SNCF de surseoir à cette décision et de nous présenter des scénarii alternatifs : soit impactant d’autres dessertes TGV du Rhin-Rhône, soit utilisant toute combinaison de moyens de transport permettant de répondre aux besoins des habitants de la commune de Lons-le-Saunier et du Jura ».

D’après Willy Bourgeois, cette dernière solution mérite d’être étudiée, car la ligne Strasbourg-Lyon accumule les retards : « 67% seulement de trains à l’heure », soit une des pires lignes de la région. En cause tout d’abord sa longueur, qui fait que les retards s’ additionnent : « Il serait peut-être intéressant de la scinder en deux, avec un Strasbourg-Besançon et un Besançon-Lyon » préconise le jeune élu, par ailleurs secrétaire départemental du PS. Mais aussi et surtout la vétusté de la ligne dite du « Revermont » (en particulier entre de Besançon jusqu’à Bourg en Bresse), faute d’investissements suffisants depuis plus de 20 ans : absence par exemple de GSM-R (Global System for Mobile communications - Railways), système permettant aux trains de communiquer entre eux et avec les postes de régulation. « Un train en retard ne peut pas signaler les détails de sa situation aux autres » explique Willy Bourgeois, ce qui au 21e siècle semble totalement archaïque et perturbe le trafic.

Davantage de TER


Autre écueil majeur : la signalisation automatique, qui n’est pas en place. Enfin, la création de deux voies d’évitement entre Mouchard et Saint-Amour, permettant aux trains de se croiser (chose qui est actuellement possible seulement à Mouchard et Lons…et chose bien utile en cas de retard !). Pour remédier à ces problèmes, 30 millions € ont été mis sur la table jusqu’en 2022 (via le contrat de plan). Mais Willy Bourgeois estime qu’il faudrait également améliorer le cadencement des trains tous confondus : « leurs horaires ne coïncident pas forcément avec les heures de travail entre autres ».

A titre d’exemple le TGV provenant de Marseille via Lyon arrive vers 16h à Lons, et celui partant vers Marseille via Lyon à 14h. D’où l’idée de renforcer les dessertes TER ou Régiolis (ex-Corail) entre Lons et Lyon entra autres, quelle que soit la décision finale concernant les arrêts de TGV en gare de Lons. Toutes ces améliorations permettraient selon le conseiller régional de donner un avenir à cette ligne « où des Ferrari (les TGV) roulent comme sur des routes départementales » image Jacques Pélissard, maire de Lons-le-Saunier. A l’heure où nous mettons sous presse, une nouvelle réunion entre élus (conseil régional, Ecla) est prévue pour évoquer le financement de la boutique SNCF de Lons et la voie du Revermont. Affaire à suivre donc…


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Prélèvement à la source : le grand chantier qui veut profiter à tous

Pour personnaliser son taux de prélèvement... A compter du 1er janvier prochain, le prélèvement de l’impôt sur le revenu s’effectuera, par mensualité, directement sur le compte en banque du contribuable. Dans le Jura, 150 000 personnes sont concernées par cette réforme dont l'intérêt est de développer « l’interaction entre les finances publiques et les employeurs », estime Denis Giroudet, directeur départemental des finances publiques du Jura (DDFiP).
Publié le 19/11/2018



Bloc-notes

CONCERT NOVEMBRE 2018

Publié le 25/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales