Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Le Biou : "un marqueur culturel qui cultive la tolérance et la fraternité entre les hommes"

  • La confection de la grappe, un travail long et minutieux.
  • La confection de la grappe, un travail long et minutieux.
  • Après avoir été bénie la grappe est élevée dans le choeur de l'église.
  • Arrivée au monument aux morts du cortège républicain.

Dimanche 4 septembre, Arbois célébrait la traditionnelle et ancestrale fête du Biou, tout à la fois fête religieuse et républicaine.
Mais pas seulement, ce même jour les arboisiens fêtent également leur saint patron, Saint-Just, et la libération de la ville le 4 septembre 1944.

Comme chaque année des milliers d’arboisiens et amis d’Arbois, de nombreuses personnalités étaient présents dès 9 h 30 dimanche matin devant la maison Pasteur pour accompagner la grappe de raisins, confectionnée la veille par les vignerons, jusqu’à l’église Saint-Just où se déroulait la cérémonie religieuse suivie de la cérémonie républicaine avec dépôt de la couronne de raisins au fronton du monument aux morts.

Dans son allocution, Bernard Amiens, maire d’Arbois, répondait à une question qui lui est souvent posée : « qu’est-ce donc que le Biou ? »
« Le Biou, dit-il, les arboisiens savent ce que c’est. Ils connaissent, ils ressentent, ils vivent le Biou. Ils y sont viscéralement attachés. C’est une partie de leur identité culturelle, c’est notre identité culturelle. Ils y sont attachés parce-que c’est une tradition qu’il faut perpétuer, protéger et surtout ne pas dénaturer. Le Biou est un de nos marqueurs culturels, il cultive la tolérance, la fraternité entre les hommes. C’est pour cela que nous avons engagé les démarches auprès de l’Unesco afin de faire inscrire le Biou sur la liste représentative du patrimoine culturel et immatériel de l’humanité. ».
S’adressant à son Excellence, Monsieur Laurent Stéfanini, ambassadeur délégué permanent de la France auprès de l’Unesco, le maire ajoute « votre présence aujourd’hui enrichit Arbois et conforte notre détermination à poursuivre nos démarches, mais Monsieur l’Ambassadeur, que les chemins de l’Unesco sont longs ! »

 

Un heureux présage, la présence de Laurent Stéfanini ?


« Le Biou est candidat à devenir un des éléments du patrimoine de l’humanité, il le mérite, il le doit » souligne Monsieur l’Ambassadeur.
« Mais c’est un processus assez long, nous sommes tous ici convaincus de la valeur universelle du Biou, parce qu’il est porté par la population, les vignerons, la ville d’Arbois et son environnement, mais il faut l’expliquer à nos partenaires étrangers. »

Le préfet du Jura, Richard Vignon, avait répondu lui aussi à l’invitation de Bernard Amiens et assistait pour la première fois à la cérémonie commémorative de la libération d’Arbois et du Biou.  L'occasion de déclarer :
« Le Biou véhicule des valeurs fortes, chères à la république. La cohésion de toute une population, toutes générations confondues autour de cette grappe de raisins symbolise la fierté d’appartenir à un pays, un territoire. »

Les allocutions terminées, c’est par un apéritif offert par les vignerons sur le parvis de l’église que prenaient fin les cérémonies officielles.

De nombreuses animations se sont succédées durant tout le week-end : feux d’artifice, expositions, concours « l’Arbois des peintres », concours « mais où est-ce donc ? » concerts, …. Sans oublier la fête foraine pour le plus grand plaisir des enfants.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

260 000 Jurassiens, et moi, et moi, et moi...

Les nouvelles populations légales applicables en 2018
Publié le 08/01/2018



Bloc-notes

SOIRÉE CÉLIBATAIRE

Publié le 29/09/2017

SALON DE FIL EN AIGUILLE

Publié le 06/10/2017

USO

Publié le 22/09/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales