Hebdo 39 Lons-le-Saunier


La Transjeune à (ski de) fond

  • Au Pied du Collège du Rochat aux Rousses La Transjeune
  • Au Pied du Collège du Rochat aux Rousses La Transjeune
  • Les podiums se succèdent
  • Pierrot Vandel Président de Transorganisation
  • Du monde beaucoup de monde sous le soleil
  • En quête de résultats
  • Au départ, ça pousse!
  • Essais de glisse
Pistes aux Jeunes, avant les adultes...

Par un soleil radieux et une température oscillant parfois du -6 au -12 degrés, en ce mercredi 25 janvier 2017, la 26ème Transjeune prenait ses quartiers au pied du Collège du Rochat aux Rousses.
Collège qui a vu éclore de nombreux talents, tels les Balland, Bally-Salin, Mancini, Lamy-Chapuis, Bescond, Gautier Manuel...
Une formidable fête de la jeunesse et du ski, assez unique en France, était  labellisée « Evènement de l’Année de l’Olympisme de l’Ecole à l’Université ».
Cette fête du ski était égayée tout au long de la journée par les sourires radieux de tous les enfants et adolescents venus skier sur les pistes de la Transjeune.Petite sœur de La «Transju'» la grande, qui se courra le 12 février de Lamoura à Mouthe, si le dieu météo veut bien.
Cette course des jeunes a réuni près de 2 800 âmes de 7 à 19 ans, concourant dans 12 catégories filles et garçons.
Avec une organisation impeccable, aussi bien dans l’enchaînement des courses et des catégories, que dans le traçage des pistes, cette journée a été pour certains l’occasion de découvrir la neige et le ski de fond pour la première fois, mais pour d’autres la possibilité de disputer fermement les premières places.
Félicitons tout d’abord ces gamins venus de loin, par exemple du collège Romé de l’Isle de Gray, ou de Damprichard, mais félicitons aussi les locaux des Rousses, ou les voisins du Grandvaux.

Objectif découverte

L’essentiel pour tous était de goûter aux joies de la glisse dans la bonne humeur, sur une belle neige poudreuse qui s’était invitée sur le secteur depuis quelques jours et grâce à une météo clémente, malgré le froid persistant.
Cette journée n’était pas exclusivement tournée  vers la compétition, mais également ouverte sur la découverte du ski nordique, sous toutes ses formes, avec des activités ludiques comme le slalom, la vitesse ou encore le biathlon, en accès libre, et qui ont rencontré un vif succès auprès de nos têtes blondes, sous le regard bienveillant de Rouxy, la mascotte de la Station des Rousses...

1,2,3 ou 6 kilomètres...

Malgré tout, la vocation compétitive de la Tranjeune, organisée dans cette dimension, en partenariat étroit avec l’UNSS et l’USEP intégrait les épreuves : Le skiercross UNSS, les courses en ligne Traditionnelles de 1,2,3,ou 6kms.

Les différentes remises des prix étaient menées de main de maître par un Franck Gillard speaker à ses heures et, « néo oyomen », mais longtemps Lamourantin d’adoption, sous l’œil protecteur des personnalités présentes sur le stade.
Laure Lebon sous-péfète, Bernard Mamet Maire des Rousses et Président. de la Com com, Pierre-Albert Vandel Préident. de Trans’Organisation, Hervé Balland Directeur Général, Gilbert Carrez Président du Comité régional de Ski du massif Jurassien, Françoise Vespa, Conseillère départementale en charge de l’Education, de la jeunesse et du sport » et maire de Saint-Laurent en Grandvaux se sont succédés de manière ordonnée pour mettre au cou des enfants, les médailles gagnées.

Pour la grande course a venir Hervé Balland, confiait : «La Transjurassienne en principe aura lieu, car nous avons validé le parcours de repli avec les autorités, par contre pour les coureurs se sera difficile, avec le manque de neige que nous avons subi en décembre et janvier, ils n’auront pas pu s’entraîner comme d’habitude, et le manque de distance se fera sentir dans les jambes».
Comme toujours, les plus costauds seront devant…

 

 

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Une première victoire contre les décharges sauvages

Une décharge non autorisée d’un hectare à Villard-Saint-Sauveur Le chef d’entreprise a expliqué au tribunal correctionnel l’avoir créée pour stabiliser son bâtiment. Il a deux ans pour remettre le terrain en état. Une affaire parmi d’autres, témoignent les parties civiles comme le Parc naturel régional du Haut-Jura.
Publié le 27/03/2017


La Yaris se met au sport

Publié le 24/03/2017

Bloc-notes

Encadré 1/32ème de page

Publié le 20/02/2017

ESM BASKET

Publié le 17/03/2017

BOXE

Publié le 17/03/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales