Hebdo 39 Lons-le-Saunier


La Percée est morte, vive la Percée !

  • Alexandre Vandelle, viticulteur à l'Etoile et président de Percée du vin jaune, cuvée 2018.
  • Alexandre Vandelle, viticulteur à l'Etoile et président de Percée du vin jaune, cuvée 2018.
Après le succès de la cuvée 2018, les ambassadeurs du vin jaune travaillent déjà sur l’édition 2019 à Poligny. Les 25.000 heureux visiteurs pourraient être plus nombreux si les vignerons se mobilisent.

« Une fête à plus grande échelle » : la Percée du vin jaune 2019 verra t-elle sa fréquentation de nouveau augmenter ? Pour Alexandre Vandelle, président de la Percée 2018 et de l’association des ambassadeurs du vin jaune, une ville comme Poligny aura peut-être davantage de moyens que l’Etoile. A condition toutefois que les vignerons participent davantage à l’évènement de l’année pour les vins du jura en général -et pour le vin jaune en particulier- car la jauge maximale a été fixée à 600 visiteurs par caveau de dégustation.

Un manque de stocks

 

60 vignerons avaient répondu à l’appel en 2016, cru mémorable où la Percée a battu des records de fréquentation à Lons-Le-Saunier (60.000 visiteurs). Ils n’étaient « que » 45 en 2018 à l’Etoile…car beaucoup n’avaient tout simplement pas assez de stocks à vendre : « Le gel tardif au printemps 2017 a beaucoup impacté les vendanges, en outre depuis 3-4 ans, les récoltes sont plutôt moyennes » explique Alexandre Vandelle. L’association des ambassadeurs du vin jaune espère cependant pérenniser chaque année cette « magnifique fête autour des vins du Jura », grâce au travail accompli durant toute l’année par « une belle équipe » d’organisation (environ 15 personnes).

L’assemblée générale qui aura lieu le 14 juin à l’Etoile marquera d’ailleurs sans doute la transmission du flambeau entre Alexandre Vandelle et Philippe Noir, candidat à sa succession (et par ailleurs déjà président de la manifestation elle-même depuis le 4 février 2018).

Des préventes efficaces

 

 La Percée compte également pas moins de 500 bénévoles les jours J, provenant en bonne partie de diverses associations jurassiennes, autorisées à tenir des stands (restauration sur place ou à emporter par exemple) en contrepartie de la mise à disposition de 32 bénévoles pour assurer le bon déroulé de l’événement. L’assemblée générale reviendra également sur le bilan positif de la percée stellienne : « la fréquentation a été bien maitrisée à 24.900 entrées (soit quand même 35.000 de moins qu’à Lons-Le-Saunier, N.D.L.R.) grâce au système de préventes ». Un système qui a également permis de localiser les visiteurs et confirmer ainsi le rayonnement exceptionnel de la Percée :

« Tous les départements français (sauf 9) étaient représentés, de même que 11 pays, parmi lesquels : Italie, Espagne, Belgique, mais aussi Suède, et même Canada et USA » retrace Alexandre Vandelle.

Certes, le prix à payer est conséquent, avec par exemple la sécurisation du site (obstacles aux voitures béliers en particulier), ou la présence d’un mini-hôpital de campagne (ayant reçu une quarantaine de patients en deux jours pour des chutes, coupures, etc.).

Sécurité routière : sans faute

 

Mais la Percée du vin jaune a su gagner ses lettres de noblesse en misant sur la qualité plus que la quantité, tant au niveau des visiteurs que de leur consommation :

« Les doses délivrées par les 10 tickets de dégustation permettent de reprendre le volant à l’issue de 5 à 7 h environ de présence sur les lieux. En 2018, seuls 2 permis de conduire de plus ont fait l’objet d’une rétention par rapport à un week-end classique, alors que les contrôles de gendarmerie étaient 3 à 4 fois plus nombreux qu’un week-end classique » se félicite le viticulteur de l’Etoile.

Moins mais mieux : tel pourrait donc être le bilan dressé par les ambassadeurs du vin jaune, d’une superbe fête à consommer de nouveau sans modération les 2 et 3 février 2019 à Poligny.

Assemblée générale des ambassadeurs du vin jaune, le jeudi 14 juin à 20 h à la mairie de l’Etoile.

 

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Le bio vendra-t-il son âme au diable ?

« Nous sommes arrivés à un carrefour, je crains qu’émerge une agriculture bio à 2 vitesses » "Il est beau mon bio, il est beau !" : sur les marchés comme ailleurs, nul besoin pour les producteurs de chanter les louanges de leurs produits. Le bio se vend bien, un phénomène en croissance exponentielle, mais ce succès pose de nombreuses questions.
Publié le 20/08/2018



Bloc-notes

ESM BASKET

Publié le 05/07/2018

VIDE-GRENIER

Publié le 05/07/2018

RANDOS DES 4 CHATEAUX

Publié le 05/07/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales