Hebdo 39 Lons-le-Saunier

L'invité de la semaine : Dylan Colin, youtubeur paranormal


Jeune Tavellois de 18 ans, étudiant en cinéma et audiovisuel, Dylan a créé sa chaîne YouTube DCLN19. Support multimédia via lequel il immortalise quêtes urbex, enquêtes paranormales et explorations de sites jurassiens abandonnés. Sa dernière vidéo, baptisée "Creepy Place S2E02" et mise en ligne depuis ce lundi 9 octobre, relate une nuit passée à traquer les esprits dans le vieux cimetière de Briod à Saint-Etienne-de-Coldre. Itinéraire d'une démarche insolite...

Dylan, pourquoi et comment as-tu créé ta chaîne YouTube DCLN19 ?
Je l'ai créée il y a 5 ans, le 2 juin 2012. Au départ je faisais des vidéos "drôles" avec Julien. Un ami avec qui je fais toujours des vidéos sur YouTube d'ailleurs. Mais j'ai vite arrêté et supprimé mes vidéos à cause des remarques de certaines personnes au collège...
J'ai recréé ma chaîne en avril 2016, car j'avais envie refaire des vidéos, mais je n'avais pas d'idées précises.
Un jour, des amis avec qui je fais les vidéos d'urbex et de paranormal, m'ont dit qu'ils avaient vu un bâtiment abandonné au bord du canal où ils faisaient du vélo. Ils m'ont suggéré d'aller y faire une vidéo. Comme j'avais un peu de matériel que je venais d'acheter, alors on y est allés. C'est comme ça qu'on a commencé les vidéos urbex, puis ça s'est ensuite "déporté" sur le paranormal.
Concrètement, j'ai envie de partager ma passion avec un maximum de personnes.

Qu'attends-tu de ta chaîne ? 

Pas de l'argent en tout cas !
Depuis début 2017, la monétisation sur mes vidéos m'a rapporté à peine 15 dollars.
Je réalise des vidéos parce que j'aime ça, j'ai envie de voyager, même à seulement quelques heures de route, pour filmer et passer du bon temps. Ce que j'attends de YouTube c'est de pouvoir partager avec beaucoup de personnes, avoir des retours positifs et négatifs pour pouvoir m'améliorer. J'aimerais avoir des centaines d'abonnés pour m'obliger à faire encore mieux qu'aujourd'hui et réaliser encore plus de vidéos.
Ça me permettrait également d’acquérir du matériel plus professionnel, il faut quand-même préciser que l'on possède pour près de 2000€ de matériel, alors que nous ne sommes suivis que par "seulement" 250 abonnés !

Comment expliques-tu ton attrait pour le paranormal ?

J'aime bien les trucs qu'on arrive pas à expliquer, j'aime ce qui fait peur, j'aime me faire peur, j'aime l'adrénaline...
Mais on ne doit pas rigoler avec le paranormal, qui peut être dangereux. Je chercher surtout à faire des rencontres, en essayant de capturer une preuve de l'existence de quelque chose de surnaturel.

C'est une attirance que tu ressens depuis toujours ?

Depuis que je suis très jeune, j'entendais quelquefois parler de choses un peu surnaturelles autour de moi. Je ne comprenais certainement pas ce qu'on disait d'ailleurs, mais en tout cas je me rappelle que ça ne me faisait pas peur.  En revanche au début de mon adolescence, j'ai commencé à avoir certaines craintes, notamment lorsque j'étais seul chez moi où quand j'allais dormir chez mes grand-parents. J'avais l'impression que quelqu'un était avec moi.
En févier 2014, je me suis inspiré du film Paranormal Activity d'Oren Peli, et des mes peurs, pour faire mes premiers court-métrages chez mes grand-parents. D'ailleurs, depuis ce moment il est fréquent d'entendre des craquements dans la maison, des portes de placard claquer ou quelqu'un descendre les escaliers, alors qu'il n'y a personne... Je trouve ça assez troublant !

Ton meilleur souvenir ?

Le 16 septembre 2016  ! On a tourné un épisode spécial pour Halloween dans une maison bourgeoise abandonnée dans un village proche de Dole. Ce soir là j'avais contacté Gaétan Deparday, un enquêteur en paranormal, pour lui proposer de se joindre à nous. Il a ramené un pod (un détecteur de champs électromagnétiques, qui s'active lorsqu'une entité s'en approche), une spirit-box (une radio modifiée, avec laquelle on peut entendre des PVE, des voix d'entités) et des caméras infrarouges. Ce soir là on a eu la totale !
Le pod s'est activé plusieurs fois, les caméras ont enregistré plusieurs déplacements, des points lumineux, censés être des entités sous forme de petites boules d'énergie, on a entendu des bruits au plafond, un lustre dans une chambre bougeait tout seul...
Le plus impressionnant s'est produit vers 20h30 : on a tous les quatre entendu une voix provenir dans la spirit-box, à la seconde après que l'on ai posé la question "Est-ce que vous pouvez me dire votre nom?".
Bon ça aurait pu être n'importe quelle voix avec n'importe quelle réponse incompréhensible, mais ce ne fut pas le cas ! La réponse est claire et précise: un voix féminine nous a répondu "Hélène"...

Et le pire ? 
Je crois que c'est la période vers mes 10-11 ans où je n'arrivais pas à dormir chez mes grand-parents !
Ça a duré un certain temps, je ne sais plus exactement... Mais j'avais vraiment peur dans cette chambre. Cette même chambre où vingt ans en arrière mon père avait aussi peur. Il disait voir des hommes dans sa chambre la nuit...
Plus troublant encore, c'est que lorsque ma sœur avait 9-10 ans, elle avait également peur de dormir dans cette chambre. Là aussi ça n'aura duré qu'un temps... Je faisais des crises d'angoisses toutes les nuits, et je n'arrivais à dormir que dans une autre chambre, l'actuelle chambre de mes parents. Alors je ne sais pas si il y a quelque chose dans cette chambre mais si c'est le cas elle se sera bien manifestée !
Aujourd'hui je n'ai plus peur de dormir dans cette chambre, elle m'attire, je la trouve intrigante, comme l'ensemble de la maison de mes grand-parents, en général.

Chaîne YouTube : DCLN19
https://www.youtube.com/channel/UC2yW1Sm17ff-yvQOmHN0nYw


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Reprise économique, baisse du chômage, réforme préfectorale : tendances et perspectives...

L'actualité jurassienne, point par point Déjà évoqués pour certains avant l'été, de nombreux sujets ont été échangés entre la presse jurassienne et le préfet Vignon, désireux de garder le contact avec la population. Morceaux choisis.
Publié le 16/10/2017



Bloc-notes

SOIRÉE CÉLIBATAIRE

Publié le 29/09/2017

SALON DE FIL EN AIGUILLE

Publié le 06/10/2017

USO

Publié le 22/09/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales