Hebdo 39 Lons-le-Saunier


L’Enilbio de Poligny ouvrait ses portes le week-end dernier

  • Une élève fait visiter les locaux de l'Enilbio de Poligny
  • Une élève fait visiter les locaux de l'Enilbio de Poligny
  • Visite en groupe du laboratoire alimentaire de Poligny
  • Dégustation des fromages réalisés par les étudiants
  • L'Enilbio ce n'est pas que du fromage c'est aussi de la bière
L’École Nationale d'Industrie Laitière et des Biotechnologies de Poligny et celle de Mamirolles ont fait une journée porte ouverte le samedi 4 février. Retour sur la visite du site de la Capitale du Comté, situé rue de Versailles à côté du Champ de foire, à Poligny.

L’Enilbio de Poligny, l’École Nationale d’Industrie Laitière et des Biotechnologies a vu le jour en 1889. Elle a pour mission de former les jeunes et le personnel des entreprises à acquérir un savoir dans le domaine de l’alimentation, des fromages et des autres produits laitiers mais également de biotechnologies et de la qualité. Cette école, à dimension humaine, possède une centaine d’enseignants et non enseignants pour encadrer les jeunes dans leur volonté d’avoir les clés pour réussir leurs vies professionnelles. L'école assure différentes formations que ce soit celles des lycéens en seconde professionnelle et en Bac Pro, mais également des étudiants désireux de faire un BTS. Il existe également une formation pour des apprentis aussi bien en CAP, en BAC Pro, en BTS et en licences professionnelles mais également pour les salariés et les demandeurs d'emploi désireux d’obtenir un savoir bien précis.

Une visite des locaux réalisées par les élèves de l’école

Ce sont des étudiants de l’école , arborant leurs tee-shirts « I love Enil, Enilbio » qui permettaient aux personnes venues en nombre, environ 400, de découvrir l’antre de l’Enilbio de Poligny et son laboratoire alimentaire.
« Ici, dans le laboratoire alimentaire, tout est fait en petit volume et non pour la vente. Ainsi les quelques 300 élèves toutes sections comprises testent et retestent ce qui rend les choses plus concrètes pour eux » explique une enseignante à notre groupe. Le but de cet établissement est de montrer un maximum de métiers de l’agroalimentaire. « L ‘Enilbio est une vitrine de la formation agroalimentaire » indique une autre formatrice.
« L’atout premier de notre école est de trouver une formation très professionnalisante, qui offre à l’apprenant les clés de l’emploi » observe le directeur adjoint de l’Enilbio de Poligny, Patrice Dieudonné.
Ce dernier ajoute « La base de tous nos cours tourne autour de la production agroalimentaire et les professeurs et les élèves s’accrochent à cet outil comme contextualisation de l’apprentissage ».
La visite s’achevait par la boutique de l'Enil où beaucoup ont pu acheter des yaourts, de la bière, des fromages réalisés par les étudiants. Lors de cette journée de visite de l'école, une tombola a été mise en oeuvre pour payer le voyage scolaire des apprentis de BTS A2. Une nouvelle visite des locaux des sites de Poligny et de Mamirolles et une nouvelle tombola auront lieu le samedi 11 mars.

L’Enilbio c’est 6 écoles avec leurs spécificités

Tous les Enilbio ont une base de travail de l’Industrie laitière et fromagère mais tous les sites ont leurs spécificités. A Poligny, on travaille également sur les boissons fermentées (bières), la qualité, la préparation de plats cuisinés. A Mamirolles, dans le Doubs, on s’oriente vers l’eau, anabiotec (techniques des analyses agro-médicales). A Roche-sur-Foron, en Haute-Savoie, un travail plus spécifique sur la viande et la beurrerie est apporté. Ici est transformé tout le beurre de la région. A Aurillac dans le Cantal, une attention toute particulière est apportée à la viande. A Surgères en Charente-Maritime, on travaille plus précisément sur la minoterie (la farine), la beurrerie et la concentration, le séchage du lait. A Saint-Lô, dans la Manche, un BTS  européen est proposé et une spécialisation dans la transformation laitière.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Une première victoire contre les décharges sauvages

Une décharge non autorisée d’un hectare à Villard-Saint-Sauveur Le chef d’entreprise a expliqué au tribunal correctionnel l’avoir créée pour stabiliser son bâtiment. Il a deux ans pour remettre le terrain en état. Une affaire parmi d’autres, témoignent les parties civiles comme le Parc naturel régional du Haut-Jura.
Publié le 27/03/2017


La Yaris se met au sport

Publié le 24/03/2017

Bloc-notes

Encadré 1/32ème de page

Publié le 20/02/2017

ESM BASKET

Publié le 17/03/2017

BOXE

Publié le 17/03/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales