Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Grands mots... Grands remèdes


Plaidoyer pour l’aubergine !

J’apprends qu’une boutique bisontine (peut-être aussi bientôt une doloise) fait ses choux-gras en vendant du cannabis dénué de THC autrement dit dépourvu du principe actif qui fait planer. Mais en conservant son appellation « cannabis » !

Qu’importe l’ivresse pourvu qu’on ait le flacon.
L’information, ou devrait-on dire le publi-reportage, m’a tout d’abord énervé. De façon paradoxale puisque le cannabis a des effets calmants.
Mais, après réflexion, j’ai pensé que la proposition pouvait être dupliquée plutôt que dépréciée.
Le tabac, autre produit psychoactif, fait partie de la famille des solanacées et procure environ 10 mg de nicotine par cigarette. Cette nicotine induit la dépendance qui fait que le fumeur ne peut plus se passer de fumer.
On retrouve la nicotine dans d’autres solanacées : l’aubergine, la tomate, etc.
À dose bien moindre mais qui pourrait être suffisante pour apporter au fumeur sa nicotine en lui évitant goudron et monoxyde de carbone absents dans l’aubergine.

J’ai calculé qu’il suffirait pour un fumeur d’un paquet par jour, d’en manger quotidiennement 200 kilos pour obtenir le même taux sanguin de nicotine. Et le fumeur n’y verrait que du feu...
C’est beaucoup mais n’oubliez pas qu’on peut panacher pour un résultat identique : 100 kilos d’aubergine + 200 kilos de purée de tomates. Cette consommation peut être répartie non pas en trois repas mais sur 24 heures. C’est aussi le principe des patches à la nicotine.

On est en route vers la recette de la ratatouille. C’est rassurant…

Ainsi la phrase bien connue : « Tu peux me faire tirer une taffe ? » devient : « Tu peux me refiler une lessiveuse de ratatouille ? ». Il n’y a pour ainsi dire aucune perte d’élégance.

Certains se disent : il me prend pour un beuzenot ou un couennot ou un niolu.
C’est vrai. Mais relisez les deux premières phrases de cette rubrique et vous verrez que ça n’est pas moi qui ait commencé !

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Le Jura, terre de contestation

Contre le coût de la pompe, le coup de la panne... A l'heure où les initiatives "citoyennes" peinent à rassembler quelques dizaines de personnes, Fabrice Schlegel, initiateur du groupe facebook "de l'essence de la contestation" est parvenu, vendredi dernier à Dole, à réunir plus de 700 soutiens à son indignation. Explication d'une exaspération croissante, véritable phénomène de société qui semble se répandre comme une traînée de poudre dans notre région rurale, et bien au delà.
Publié le 12/11/2018



Bloc-notes

CONCERT NOVEMBRE 2018

Publié le 25/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales