Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Gendarmerie, abattoir : ce qui va changer

  • Les gendarmes de Champagnole bénéficieront d'un nouveau bâtiment (photo d'archive).
  • Les gendarmes de Champagnole bénéficieront d'un nouveau bâtiment (photo d'archive).
Le conseil communautaire Champagnole Nozeroy Jura a examiné de nombreux points. Sélection de sujets concernant les habitants du secteur…

Une nouvelle gendarmerie pour Champagnole

Selon Clément Pernot, président de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CCCNJ), la gendarmerie actuelle de Champagnole a fait son temps. Une constatation étayée par les demandes de l’état-major de la gendarmerie (Groupement de gendarmerie du Jura). La réfection de locaux n’étant pas possible (une partie des bâtiments appartenant d’ailleurs à la Ville de Champagnole, et l’autre à l’OPH du Jura), une nouvelle construction est prévue hors secteur dit « à risque » : selon des instructions ministérielles, les quartiers dits « sensibles » sont exclus, compte tenus des risques de cohabitation avec les gendarmes et leurs familles.

Le choix de son implantation définitive reste donc à affiner. Cependant le conseil communautaire s’est penché sur la question le 1er octobre, afin de prendre en main le projet (un projet qui avait déjà été évoqué en conseil municipal à Champagnole, il y a 6 ou  7 ans sur le stade de la Champagnolaise).

Selon Clément Pernot, ce nouveau projet permettrait « d’assurer la pérennité des gendarmes sur le territoire », en contrepartie de loyers payés par le ministère de la Défense. A Nozeroy également, un projet est dans les cartons pour la gendarmerie.

Une filière courte à l’abattoir

Selon Rémi Hugon, directeur de l’abattoir, il existe un véritable marché pour les produits transformés : 200 à 300 kg de steaks hachés et de bourguignon ont ainsi été livrés récemment dans le Doubs. Pour développer la même chose vers la restauration collective locale (hôpital, collèges, lycée, écoles par exemple), la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (propriétaire de l’abattoir et de l’atelier de découpe), a décidé de créer une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). L’objectif sera acheter des bovins dans le secteur et de les abattre sur place. Ce qui permettra aussi de consolider l’équilibre financier de l’abattoir, qui dépend actuellement à 70% environ d’un client lyonnais (qui fait abattre des chevaux) et dont le tonnage s’affaiblit. La SCIC sera répartie entre CCCNJ, les salariés, et les personnes souhaitant investir dans ce projet local.

Aménagement de la source de l’Ain

Un marché de 27.000 € HT a été passé avec l’Atelier du Triangle, qui a déjà réalisé l’aménagement des gorges de la Langouette et de la cascade de la Billaude. But du jeu : aménager également la source de l’Ain, pour renforcer son attrait touristique. Les maires concernés seront consultés afin de donner leur avis pour la conception de l’aménagement a assuré Clément Pernot

Le bois et la forêt en exergue

Pour favoriser leur essor, la CCCNJ a signé une convention avec l’association des communes forestières. Diverses actions en découleront en 2019 et 2020, comme de l’information sur les bénéfices des chaufferies bois, les avantages du bois dans les constructions, la création d’un annuaire répertoriant les entreprises compétentes sur le secteur, la création de nouvelles pistes forestières, ou encore la visites d’entreprises pour découvrir le savoir-faire « made in Jura ». De quoi booster la filière, par ailleurs favorisée par l’escalade des prix des énergies carbonées (fioul, gaz) ou de l’électricité.

Un pacte scolaire avec l’académie

La CCCNJ investit chaque année des sommes importantes dans ses écoles. Près de 3 millions d'euros seront ainsi nécessaires pour la construction de la seule école Hubert Reeves à Champagnole. Mais certaines difficultés pouvant survenir dans le fonctionnement des écoles (notre édition du 01/10 « Des écoles publiques dans la difficulté »), Clément Pernot souhaite formaliser certaines règles de fonctionnement des écoles avec l’inspection d’académie. Une mesure de précaution pour assurer l’avenir des enfants du secteur….

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Le Jura, terre de contestation

Contre le coût de la pompe, le coup de la panne... A l'heure où les initiatives "citoyennes" peinent à rassembler quelques dizaines de personnes, Fabrice Schlegel, initiateur du groupe facebook "de l'essence de la contestation" est parvenu, vendredi dernier à Dole, à réunir plus de 700 soutiens à son indignation. Explication d'une exaspération croissante, véritable phénomène de société qui semble se répandre comme une traînée de poudre dans notre région rurale, et bien au delà.
Publié le 12/11/2018



Bloc-notes

CONCERT NOVEMBRE 2018

Publié le 25/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales