Hebdo 39 Lons-le-Saunier


État de santé et accès aux soins contrastés dans les territoires ruraux pauvres de Bourgogne-Franche-Comté

  • Cinq profils de territoires révèlent la diversité et la complexité des situations locales.
  • Cinq profils de territoires révèlent la diversité et la complexité des situations locales.
En Bourgogne-Franche-Comté, les habitants des territoires ruraux présentent une mortalité supérieure à celle des territoires urbains, notamment avant 65 ans, ce qui reflète un état de santé moins bon.

Pourtant, bien que plus éloignés des professionnels de santé et des établissements sanitaires, les habitants des territoires ruraux sont tout aussi nombreux à consulter dans l’année un médecin ou un dentiste.
Dans les bassins de vie ruraux les plus touchés par la pauvreté, où vit un habitant de la région sur cinq, les
disparités de niveau de vie, d’accès aux soins et de santé sont marquées.

Cinq profils de territoires révèlent la diversité et la complexité des situations locales. Dans certains bassins de vie où l’offre médicale est pourtant assez importante, comme ceux de Jussey ou de Tonnerre, les populations cumulent pauvreté élevée et état de santé dégradé. En revanche, avec une offre médicale équivalente, d’autres bassins de vie où la pauvreté est moins prégnante, tels que celui de Saint-Claude, ont une population en meilleur état de santé.

 

Une surmortalité que ne connaît pas la population des territoires urbains

 

La situation sanitaire des habitants est, dans l’ensemble, moins favorable dans les bassins de vie ruraux de la région que dans les territoires urbains. À structure d’âge équivalente, la population présente une mortalité supérieure qui témoigne d’un état de santé plus dégradé. Avec un indice comparatif de mortalité de 108 (ICM), elle enregistre une surmortalité que ne connaît pas la population des territoires urbains où l’ICM est inférieur à 100. Toutefois, les habitants des bassins de vie ruraux sont aussi nombreux à recourir, au cours de l’année, à un médecin ou à un dentiste que ceux des autres territoires, même si l’offre en professionnels de santé est plus faible et plus distante. En effet, l’offre en médecins généralistes est moindre, de 3,3 consultations accessibles par habitant et par an contre 4,4 dans les espaces urbains.

Masseurs-kinésithérapeutes et dentistes en exercice libéral sont aussi moins nombreux : 9,5 professionnels pour 10 000 habitants contre 14,3. Les temps de trajet pour les consulter sont plus longs.

Enfin, se rendre dans un établissement hospitalier de soins de courte durée ou dans un centre de soins, d’accompagnement et de prévention des addictions prend en moyenne deux fois plus de temps.

 

Des généralistes moins consultés malgré une offre comparable

 

Un Bourguignon-Franc-Comtois sur cinq, soit 682 300 personnes, vit dans un des 40 bassins de vie ruraux pauvres de la région en 2015. Dans l’ensemble, cette population présente un état de santé moins bon que celle des autres territoires ruraux, qui se traduit par une surmortalité : l’indice comparatif de mortalité atteint 113, soit 9 points de plus que dans le reste du rural.

En particulier, les décès avant 65 ans sont plus fréquents, chez les hommes comme chez les femmes. Ces bassins de vie marqués par la pauvreté disposent d’une offre médicale comparable à celle des autres bassins ruraux, la population pouvant accéder en moyenne à 3,2 consultations de médecin généraliste libéral par an. Les possibilités pour se rendre chez un dentiste ou un kinésithérapeute sont en revanche plus faibles, en raison d’une offre plus limitée. Par ailleurs, rejoindre un établissement hospitalier ou un centre de soins prend plus de temps. De nombreux déterminants influent sur l’état de santé et l’espérance de vie d’une population.

 

Les habitants des territoires les plus pauvres consultent moins que ceux des autres bassins ruraux

 

Dans ces territoires ruraux pauvres, les habitants, souvent peu diplômés, occupent des emplois moins qualifiés qui les exposent plus fréquemment à des risques professionnels. En lien avec leur niveau de vie, leurs conditions de logement sont moins favorables. Les comportements à risques, liés par exemple à la consommation d’alcool ou de tabac, sont plus répandus et leur rapport avec la sphère médicale est complexe voire distant. Dans ce contexte, les personnes les plus modestes, davantage vulnérables, peuvent souffrir de pathologies précoces qui contribuent à expliquer la surmortalité avant 65 ans, et peuvent même renoncer à se faire soigner. Ainsi, les habitants des territoires les plus pauvres consultent moins que ceux des autres bassins ruraux : 19 % des assurés sociaux ne sont jamais allés chez le médecin en 2017 et plus de 67 % n’ont pas reçu de soins dentaires contre respectivement 14 % et 64 %.

Les actions de prévention et de sensibilisation visant à réduire notamment les phénomènes d’addiction y sont un enjeu fort de santé publique.

 

Un bon état de santé, une pauvreté contenue

 

Trois bassins de vie ruraux pauvres présentent un constat plus favorable : moins de personnes pauvres (13,9 %) et une population en bien meilleur état de santé.

Dont Saint-Claude, où la population est plutôt diplômée, 35 % des actifs sont bacheliers ou diplômés d’études supérieures contre 30 % en moyenne dans la région. Cette situation, liée à la présence d’industries de pointe offrant des emplois très qualifiés dans le Jura, mais aussi dans l’Ain et en Suisse, favorise les conditions de vie d’une partie de la population, de fait plus sensibilisée par sa santé et encline au suivi médical et dentaire régulier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Le Jura, terre de contestation

Contre le coût de la pompe, le coup de la panne... A l'heure où les initiatives "citoyennes" peinent à rassembler quelques dizaines de personnes, Fabrice Schlegel, initiateur du groupe facebook "de l'essence de la contestation" est parvenu, vendredi dernier à Dole, à réunir plus de 700 soutiens à son indignation. Explication d'une exaspération croissante, véritable phénomène de société qui semble se répandre comme une traînée de poudre dans notre région rurale, et bien au delà.
Publié le 12/11/2018



Bloc-notes

CONCERT NOVEMBRE 2018

Publié le 25/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales