Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Ecla vote un budget ambitieux

  • 835 500 euros ont été votés pour les travaux de toiture du Centre Aquarel. Il devrait y avoir des recettes. Le président lors d'une visite du chantier. Photo : Ecla agglomération.
  • 835 500 euros ont été votés pour les travaux de toiture du Centre Aquarel. Il devrait y avoir des recettes. Le président lors d'une visite du chantier. Photo : Ecla agglomération.
  • Les élus réunis le 5 avril à Courbouzon pour voter le budget primitif 2018. Photo : Ecla agglomération.
Le budget 2018 est de 33 millions d’euros. Tout en essayant d’assainir la situation, le président d’Ecla, Patrick Elvezi, propose différents investissements, permis par la décision d’augmenter la fiscalité l’an dernier.

Les conseillers communautaires d’Espace communautaire Lons agglomération viennent de voter le budget primitif 2018 : 23,6 millions d’euros seront consacrés au fonctionnement, 9,4 M€ à l’investissement.

Parmi les investissements significatifs : 500 000 € pour l’appui à l’immobilier d’entreprise, 124 582 euros pour le programme local de l’habitat, 815 000 euros pour la voirie communautaire, 270 280 euros pour les voies vertes, 254 000 euros pour le contournement de Lons, 226 680 euros pour la médiathèque-cinéma, 1 015 650 euros de fonds de concours pour la caserne des pompiers de Lons et la viabilisation du terrain à Montmorot, 289 500 euros pour la Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), 97 000 euros pour des travaux d’accessibilité et d’étanchéité au Ges et au Cosec, 835 500 euros pour le Centre Aquarel, 120 000 euros pour l’aménagement numérique du territoire, 150 000 euros pour l’étude d’aménagement d’un complexe sportif.

 

Ils ont dit…

 

« L’état des routes ne va pas en s’améliorant. Le budget voirie n’est pas assez conséquent » pour Daniel Brianchon, représentant de Villeneuve-sous-Pymont.

« Je partage. C’est une somme a minima. Nous avons la possibilité d’un complément en DM1 comme l’an dernier », lui répond le président Patrick Elvezi, qui envisage des possibilités de modifications et d’adaptations de ce budget en fonction du projet de territoire sur lequel les élus planchent actuellement.

Pour Claude Borcard (Lons), « le budget est pénalisé par la réparation d’Aquarel même si elle est indispensable ». Deux points le gênent : la voirie qu’il faut entretenir sinon cela coûte plus cher plus tard et l’habitat qu’il considère comme un vrai enjeu. Le président se veut rassurant, précisant notamment que pour Aquarel, il y aura vraisemblablement des recettes.

Philippe Fournot (Courlans) trouve « le dossier ambitieux. On voit apparaître des choses qu’on ne voyait pas : Gemapi, appui à l’immobilier d’entreprise. Un budget est prévu pour les voies vertes, même si ce n’est jamais assez. C’est un budget bien monté, surtout dans la conjoncture actuelle ».

 

Des restes à réaliser

 

« Qu’est-ce qui n’a pas été fait ? Cela fait beaucoup », interroge Paule Petitjean (Lons), concernant les restes à réaliser. Les services font l'inventaire : travaux du stade de Montmorot, de celui de Courlaoux, fonds documentaire pour la médiathèque, contrat de rivière, travaux du Solvan, voirie, aire de grand passage…

Des travaux financés intégralement par le compte administratif 2017.

 

 


Une quarantaine de rapports : l'essentiel

Taxe transports

 

Elle devrait rapporter 931 000 euros à Ecla en 2018. « La recette aurait pu être plus ambitieuse », a précisé le président, Patrick Elvezi. La mise en place du versement transport a été décidée l’an dernier par les élus et son instauration actée au 1er janvier dernier. La somme permettra notamment d’investir 250 000 euros dans les déplacements doux cette année.

 

Ordures ménagères : et la redevance ?

 

Le rapport concernait la fixation du taux 2018 de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, mais une fois de plus le sujet a débordé. « Je suggère de passer de la taxe à la redevance, c’est beaucoup plus juste pour moi. C’est un sujet à étudier pour 2019 », a lancé Michel Fischer (Macornay). « La contribution n’est pas adaptée au comportement des familles, témoigne Jacques Lançon (Lons). Si c’était la redevance, je paierais 160 euros par an, or j’en paie 260. Avec le Sictom, il est impératif que l’on évolue. » Pierre Grosset (Montmorot) a « l’impression qu’on est devant un sujet tabou. Je vais continuer à le porter au Sictom, mais on part de loin ».

 

Zone d’activité économique

 

Pour l’aménagement de la zone d’activité économique sur les communes de Messia-sur-Sorne et Chilly-le-Vignoble, Ecla a pris acte de son coût prévisionnel estimé à 3,6 millions d’euros et validé de solliciter des subventions auprès de l’Etat, du Département et de la Région. « Cette zone sera opérationnelle début 2019 », a annoncé la directrice générale des services, Isabelle Arnal. Elle a fait le point sur les zones existantes : un tiers des Plaines 2 est commercialisé ; la Levanchée, les Plaines 1 et la zone de Perrigny sont pleines ; 50 % des terrains de Messia/Chilly sont réservés.

 

Subventions de type « événementiel »

 

C’est désormais une compétence facultative d’Ecla : les élus peuvent soutenir des manifestations à caractère événementiel d’envergure communautaire, mais ce suivant des critères très précis. Les élus ont ainsi voté 10 000 euros pour les championnats de France de VTT organisés par le VTT Conliège Bassin de Lons-le-Saunier, 3 000 euros pour le Jumping international organisé par la Société lédonienne de concours hippique, 5 000 euros pour le Rock’n’ horses de La Jument verte, 1 000 euros pour le Trail des Reculées organisé par l’ALL section trail et 2 000 euros pour le festival Fruit des Voix de Musik Ap’passionato. Certains élus se sont émus que la Percée du vin jaune, organisée cette année à L’Etoile, n’ait pas été retenue.

 

Linky et jeunes enfants

 

Anne Perrin (Lons) avait préparé une question orale, concernant les compteurs Linky installés sur Ecla. Si elle estime que chacun est libre de se positionner comme il veut chez lui, l’élue suggère à Ecla de demander aux communes de Lons et Macornay de refuser l’installation de ces compteurs dans leurs lieux d’accueil de jeunes enfants (ils seront sous la responsabilité de la communauté d’agglomération à partir du 1er juillet). « Il y a un flou sur les éventuels effets sanitaires de ces fréquences », argumente-t-elle notamment.

« Le déploiement de ces compteurs résulte d’un processus légal. Les collectivités territoriales ne peuvent pas faire obstacle », répond le président Elvezi, citant au passage un arrêt du Conseil d’Etat depuis 2013. « Ils respectent les normes sanitaires. Aucun élément ne justifie de mesures spécifiques, ajoute-t-il, mais je suis sensible à l’attaque sous l’angle de la petite enfance. » Le président s’est engagé à aborder la question avec les deux communes concernées et la vice-présidente.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

La restructuration foncière : un enjeu pour la forêt de demain

"Pour une sylviculture productrice de bois mais respectueuse des écosystèmes et des autres usages de la forêt" Les adhérents de la Section FranSylva Jura se sont réunis en assemblée générale samedi 14 avril à Clairvaux-les-Lacs. L'occasion pour le Président Christian Bulle de faire le point sur les nombreux dossiers en cours.
Publié le 23/04/2018



Bloc-notes

CSL

Publié le 15/03/2018

RCL

Publié le 15/03/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales