Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Conseil communautaire : Vacancéole reprendra la gestion du centre de vacances d'Uxelles

  • Le site d'Uxelles sera géré par Vacancéole.
  • Le site d'Uxelles sera géré par Vacancéole.
Pour la dernière session avant la trêve estivale, les délégués communautaires se sont réunis jeudi 28 juin sous la présidence de Jean-Claude Maillard.

De nombreux dossiers ont été à l'étude. Parmi ceux-ci, l'épineux dossier de la gestion du centre de vacances d'Uxelles. En l'absence de Michel Jourdan, vice-président en charge des affaires économiques, Armelle Larger, technicienne, a expliqué l'historique et l'avancée du dossier. Depuis 17 ans, ce site est géré, via une délégation de service public (DSP), par la société Odesia Vacances, délégation prenant fin au 1er octobre 2018.

Lors du Conseil communautaire du 25 janvier dernier, les élus ont validé le principe d'une mise en vente de ce site, avec parallèlement la mise en place d'une DSP courte, afin de couvrir l'intervalle pouvant courir jusqu'à la vente. Un appel à candidature a donc été lancé. Sur les candidats qui se sont proposés, les membres de la commission DSP, accompagnés de leurs conseils juridiques ont retenu dans un premier temps deux délégataires potentiels, Odesia Vacances et Vacancéole.

Après une nouvelle période de négociation, c'est Vacancéole qui a été retenu par la commission DSP, et qui a été proposé au conseil communautaire. Les délégués ont validé cette proposition à une grande majorité (30 voix pour, 1 contre).

 

"On veut saborder des territoires de proximité, qui ont toute leur raison d'être"

 

 

L'un des derniers points évoqués, mais qui ne donnait lieu à aucune décision, a été l'éventuelle fusion entre communautés de communes. "Des élus s'inquiètent sur la taille critique de certaines communautés de communes, comme la nôtre, sachant que les trop petites structures n'auront plus les moyens (subventions) pour agir. Une fusion, c'est compliqué, mais nous n'aurons peut-être pas le choix".

Selon le président, l'Etat n'imposera aucune fusion, mais il ne financera plus les petites structures. Après avoir développé un argumentaire étayé par différents avis, Jean-Claude Maillard a encouragé aux élus présents d'initier une réflexion sur ce sujet. Un débat qui a provoqué la colère d'un délégué, François Etienney.

"A quoi servent ces regroupements? Quelle garantie a-t'on d'avoir l'argent promis (les subventions)? C'est une fuite en avant. On veut saborder des territoires de proximité, qui ont toute leur raison d'être".

D'autres dossiers seront abordés dans une prochaine édition.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Prélèvement à la source : le grand chantier qui veut profiter à tous

Pour personnaliser son taux de prélèvement... A compter du 1er janvier prochain, le prélèvement de l’impôt sur le revenu s’effectuera, par mensualité, directement sur le compte en banque du contribuable. Dans le Jura, 150 000 personnes sont concernées par cette réforme dont l'intérêt est de développer « l’interaction entre les finances publiques et les employeurs », estime Denis Giroudet, directeur départemental des finances publiques du Jura (DDFiP).
Publié le 19/11/2018



Bloc-notes

CONCERT NOVEMBRE 2018

Publié le 25/10/2018


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales