Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Château de Présilly : à la recherche du temps passé

  • Le paysage de Présilly
  • Le paysage de Présilly
A Présilly nous vous invitions à découvrir précédemment l'association qui a restauré le château et qui réalise avec Cinemesis un film sur le Jura. Aujourd'hui nous évoquons le château ainsi que toutes les autres ruines oubliées sur les hauteurs.

Il se composait d'un énorme donjon isolé de tous côtés par de larges et profonds fossés creusés dans le roc vif, avec une ceinture de murailles extérieures et un pont-levis.
De ce donjon on communiquait à la forteresse qui était au sud par un second pont-levis. La maison-forte était entourée par un mur et des fossés aussi creusés dans le roc. Elle se composait d'une grosse tour carrée formant avant-corps, sous laquelle était placée la porte, munie d'une herse ; de deux autres tours carrées aux angles de la même façade, et d'une suite de bâtiments percés d'ouvertures à plein cintre et de meurtrières, disposés autour d'une cour.
Au centre de cette cour étaient une chapelle castrale dédiée à saint Georges, et une citerne. Les cheminées des appartements réservés au seigneur étaient ornées de belles colonnettes avec chapiteaux. A l'ouest de la maison-forte était une cour, close de murs, servant à recevoir le bétail et les meubles des retrahants.

Le lieu de séjour favori de Claude de la Baume

La basse-cour renfermait une tour servant de pigeonnier et deux belles granges couvertes en laves, dont toutes les chambres étaient voûtées. Un chemin couvert communiquait du château à la fontaine du Machuron, qui était intarissable et assez abondante pour servir d'abreuvoir aux chevaux. Deux chemins conduisaient à la forteresse : l'un, assez large, contournait la montagne et servait pour les voitures; un autre, garni de trois cents degrés d'escalier, de 30 c de largeur, gravissait le rocher presque en ligne droite.
Ce château, séjour favori de Claude de la Baume, maréchal de Bourgogne, de François, son fils, et d'Antoine, son petit-fils, qui l'habita pendant toute l'année 1584, fut assiégé par le vicomte d'Arpajon au mois de juillet 1637, en même temps que la ville d'Orgelet et les châteaux de Moutonne, de Pymorin et de la Tour-du-Meix, et fut occupé par les Français qui y laissèrent un poste jusqu'en 1641.

Peu de ruines mieux conservées

La garnison parait s'y être défendue vaillamment, car tous les murs sont criblés de coups de canon.
Le 7 novembre 1673, le comte d'Alvelda envoya l'ordre au capitaine Lacuzon de faire travailler au renversement et à la ruine des murailles et des fortifications de ce château.
Trois jours après, il lui écrivit : « En réponse à la vôtre, je vous dirai que Muyard de Moirans a ordre de vous livrer les 2000 livres de poudre que je vous ai accordées, dont vous pourrez employer moitié à faire sauter les fortifications du château de Présilly qui ne pourront pas être démolies autrement, à quoi je vous ordonne de faire travailler incessamment, et pour la poudre que vous avez arrêtée des marchands savoyards, vous pouvez vous en servir en attendant que j'ordonne si on en rendra le prix aux propriétaires ou non.»
On ignore comment Lacuzon exécuta les ordres d'Alvelda, mais il est certain que le château était encore à peu près entier en 1790. Il est peu de ruines en Franche-Comté mieux conservées et plus remarquables que celles de cette forteresse.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les articles de la semaine

Quand les services de l'Etat livrent leur bilan

Quelques sujets chauds dans les valises du Préfet Santé, sécurité, économie et tourisme, au menu du rapport d'activité des services de l'Etat. Tour d'horizon des différentes thématiques abordées, point par point.
Publié le 24/07/2017


Peugeot 3008 : chef de meute

Publié le 18/07/2017

Bloc-notes

FEU D'ARTIFICE

Publié le 07/07/2017

CONCERTS OYONNAX

Publié le 23/06/2017

TOURNOI FOOT PERRIGNY

Publié le 12/05/2017


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales