Hebdo 39 Lons-le-Saunier


Champagnole voit la vie en jaune

  • Au pont de Gratteroche, 250 à 300 gilets jaunes manifestaient encore leur ras le bol fin novembre.
  • Au pont de Gratteroche, 250 à 300 gilets jaunes manifestaient encore leur ras le bol fin novembre.
  • Le centre des impôts de Poligny a été bloqué, empêchant le personnel d'y rentrer.
A l’instar de Dole et Lons, Champagnole et Poligny ont vu de nombreux gilets jaunes se mobiliser à nouveau pour demander de vivre mieux.

« Entre 250 et 300 gilets jaunes ont dévié les véhicules vers le centre-ville » selon Jérôme Linda, un des manifestants champagnolais. La mobilisation s’est poursuivie les 24 et 25 novembre à l’entrée de Champagnole, à Gratteroche devenu en quelque sorte le QG des manifestants : un endroit  stratégique sur la RN5 pour faire connaître leur ras le bol sans nuire aux commerçants.

C’est justement « pour ne pas les pénaliser », que tous les véhicules ont été détournés vers le centre ville précise Jérôme Linda, qui met aussi en exergue le caractère « citoyen et populaire » de ces actions assez inédites en France (même si certains pensent à mai 1968).

Ce « soulèvement du peuple », les gilets jaunes en sont fiers et n’ont guère envie de se soumettre aux 8 représentants désignés par « on ne sait qui ».

 

Une liberté d'action organisée...

 

« On s’autogère, on fait nous-mêmes la police envers ceux qui dérapent, comme par exemple des jeunes qui voulait tout bloquer » explique Jérôme Linda. Revendiquant leur liberté d’action, les gilets jaunes champagnolais « ne veulent pas devenir comme un syndicat ». Certains sont d’ailleurs partis en renfort sur le péage de Bersaillin, ouvert gratuitement le 24 novembre entre autres. D’autres ont rejoint Poligny, pour frapper l’état là où cela fait mal, plus précisément au centre des impôts, bloqué entre autres le 20 et le 26 novembre.

Le personnel n’a pas pu y entrer durant quelques heures, assez pour entendre le message mille fois martelé : « Stop aux taxes sur les carburants ». Un message "auquel Macron est resté sourd" ont-ils déclarés au lendemain de l'allocution du chef de l'état, une allocution "sans aucune mesure concrète" selon eux.

Mais un message plébiscité par la population selon les gilets jaunes, si on en croit les nombreux dons (en nature ou pécuniers) qu'ils continuent à recevoir.

 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire



Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 39 Lons-le-Saunier • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales